lundi 23 juin 2008

Ne pillez pas leurs œuvres ?

52 artistes français ont lancé un appel hier dans le Journal du Dimanche pour qu'on arrête de piller leurs œuvres en les téléchargeant illégalement, parce que nous les fans on est vraiment que des voleurs et des méchants.

L'appel en question est ici.

Et la liste des artistes signataires, la voici:

Etienne Daho, Christophe Maé, Kery James, Sinik, Francis Cabrel, Patrick Bruel, Jean-Jacques Goldman, Jenifer, Stanislas, Raphaël, M Pokora, Keren Ann, Thomas Dutronc, Eddy Mitchell, Isabelle Boulay, Maxime Le Forestier, Martin Solveig, Marc Lavoine, Calogero, Gérard Darmon, Pascal Obispo, Jacob Devarrieux, Elie Seimoun, Alain Bashung, Bernard Lavilliers, Rachid Taha, Bob Sinclar, Psy4delarime, Abd Al Malik, Anis, André Manoukian, Charles Aznavour, Alain Souchon, Mademoiselle K, Soprano, Arthur H, BB Brunes, Liane Foly, Emmanuelle Seigner, Ridan, Renan Luce, Zita Swoon, Johnny Hallyday, Empyr, Kenza Farah, Shine, Camaro, Diam's, Renaud, Romane Cerda, Cali et la Grande Sophie.

Bon déjà, que tous ces artistes se rassurent, je n'ai jamais téléchargé aucune de leurs œuvres.
Mais je n'ai jamais acheté aucun de leurs CDs non plus et j'en ai pas vraiment l'intention ni dans un futur proche, ni dans un futur moins proche.

Je ne sais jamais que penser de ces artistes qui viennent pleurer parce qu'on télécharge leur musique. Ou plutôt disons que la liste est trop hétéroclite pour les mettre tous dans le même sac.
Bon déjà, il y a ceux qui ne prennent leurs fans que pour des clients. Et un tel mépris de leurs fans, surtout quand ceux-ci les ont rendu multi-millionnaires voire milliardaires dans le cas de Johnny Hallyday me fait un peu mal au ventre.

Ensuite, il y a les imbéciles et les naïfs, ceux qui ne réalisent pas que les maisons de disques s'en mettent plein les fouilles sur leur dos autant que sur le dos des fans, (apparemment, ils apprécient cet situation d'esclavage dans laquelle ils sont) et que cet intermédiaire bien gênant est devenu de plus en plus dispensable, justement depuis internet.
Internet, formidable outil de promotion s'il est bien compris et utilisé et qui permet à des artistes peu connus d'agrandir leur auditoire de manière plutôt efficace, surtout en ces temps où la télévision et la radio on cessé d'être des découvreurs et promoteurs de nouveaux talents depuis bien longtemps (et ne venez pas me parler de Nouvelle Star, je parle d'une époque pas si vieille que ça où je découvrais toutes les nouvelles musiques dont je devenais fan plus tard grâce à la télé ou la radio, même des trucs pointus et "underground").

Que penser de ces artistes quand par ailleurs dans le monde, Nine Inch Nails a envoyé sa maison de disque bouler et distribue tous ses albums gratuitement sur internet avant de les sortir en disque. Ce qui leur a aussi permis de sortir deux albums en quelques mois, n'étant plus bridés par leur maison de disque qui bien sûr freinent les artistes productifs, il est bien sûr ici question de raréfier l'offre pour que celle-ci soit inférieure à la demande. Ou de Radiohead qui permet aux gens d'acheter leur album au prix que l'on veut, de Death Cab for Cutie (inconnus en France, mais pas aux US) qui disent à leurs fans de ne pas hésiter de télécharger leur musique s'ils la trouvent trop chère.
Juste trois exemples parce que ce sont ceux que je connais le mieux, mais il en existe des dizaines d'autres.

Un autre détail m'interpelle sur le sujet. Je n'ai malheureusement pas de chiffres à l'appui, mais j'ai cru entendre que la France était le pays occidental où il y avait le plus de téléchargements illégaux. J'ai aussi cru entendre que c'était en France que les CDs étaient les plus chers du monde occidental.
Quelle étrange coïncidence...

Je vais pas entrer dans les détails de la façon qu'on les législateurs d'appréhender la chose, mais je me demande parfois s'ils la plupart d'entre eux savent seulement ce qu'est Internet.

Et surtout n'oubliez pas: "La cassette audio ré-enregistrable va tuer l'industrie du disque!"
(argument réellement mis en avant à l'époque où copier des cassettes et enregistrer de la musique directement depuis la radio commençait à devenir pratique courante)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire