dimanche 8 juin 2008

Je crois qu'il faut se rendre à l'évidence...

... c'est pas aujourd'hui non plus que je vais avancer sur ma thèse (deux week-ends de perdus alors que j'ai pas exactement tout le temps du monde, c'est vraiment pas sérieux).
Alors du coup, j'en profite pour essayer de poster les trucs que j'avais l'intention de poster ici ces jours-ci. C'est mes amis qui attendent des e-mails (parfois depuis plus d'un mois) qui vont être content.

Commençons par une des infos du jour... Non pas la finale de Roland Garros, je m'en suis toujours foutu, c'est pas aujourd'hui que ça va commencer à changer... D'ailleurs, je sais même pas si Monfils a gagné sa demi-finale... Je présuppose que non sinon quelqu'un me l'aurait forcément mentionné, mais au final j'en sais rien, et je m'en fiche...

Non, je voulais parler du fait divers ayant eu lieu à Tokyo aujourd'hui, ou plus précisément à Akihabara.
Bon les faits, vous les connaissez certainement. Un type pète les plombs, sort son gros couteau, poignarde une vingtaine de personnes, en tuant sept...

Les raisons ? On s'en fiche, elles sont les mêmes qu'à chaque fois qu'un type pète les plombs : assez obscures.
Je vois d'ici certains commencer à disserter à coups de clichés sur le Japon. Laissons-les dire.

Non, ce qui m'interpelle à propos de ce fait divers c'est deux choses.

La première, la réaction de Mme StrangeGator, qui est en ce moment en vacances chez elle au Japon (dans une petite ville de Shikoku, pas à Tokyo donc) et qui m'envoie un e-mail paniqué ce matin à cause de l'insécurité au Japon et ce genre de choses. Et moi de devoir la rassurer et lui rappeler que ce genre d'incident est exceptionnel, n'est pas la norme et que c'est bien pour cela que les médias vont en faire leur pain béni pendant des jours, voire des semaines.
Cette réaction m'a rappelé un truc que j'avais entendu sur le fait que les médias japonais maintenaient leur peuple dans une certaine ignorance à propos de la violence réelle et supposée de leur pays et ainsi que d'autres pays d'ailleurs.
Ce qui m'a rappelé plusieurs choses:
-à quel point les Japonais sont parfois vraiment coupés du monde et ignorants de la réalité de celui-ci, au point de croire que les rues de leur pays ne sont pas sûres.
-que finalement ça marche dans tous les pays cette histoire d'insécurité pour faire peur au peuple et donc mieux le contrôler.
-je comprends mieux pourquoi les Japonais visitant Paris semblent avoir peur de tout et ne s'aventurent jamais en dehors du quartier de l'Opéra. S'ils pensent que leur pays n'est pas sûr, ça doit vraiment leur faire drôle une fois dans les rues de Paris... (je ne dis pas que les rues de Paris ne sont pas sûres, elles le sont pour la plupart, mais des rues pleines de SDF, de gitans roumains, de cailleras, etc. ça doit être effectivement assez traumatique pour la ménagère japonaise pensant que la France se résumait aux Galeries Lafayette et à la rue St-Honoré et son Faubourg.)

Mais tout ça, c'est de la sociologie de comptoir (mais bon, en même temps, nous sommes sur un blog)...

La deuxième réaction que cela provoque en moi, c'est une interrogation.
Comment un type a-t-il pu poignarder une vingtaine de personnes en pleine rue ?
Je ne connais pas exactement les faits, mais les réponses possibles à cette questions me paraissent tristes (mais si peu surprenantes finalement).
Je veux dire : le type avait un couteau. Pas un semi-automatique. Même pas un flingue... Un simple couteau...

Je ne peux qu'en déduire que les Japonais (pourtant persuadés que leurs rues ne sont pas sûres) sont si rarement en contact avec la violence urbaine qu'ils ne savent absolument pas comment réagir face à celle-ci.
Genre, certains n'ont probablement même pas eu le réflexe de fuir, et très certainement personne n'a du essayer d'intervenir avant l'arrivée de la police, car celle-ci l'a arrêté vivant (et sans violence !) alors qu'il était encore en train d'allègrement poignarder les gens.

En France, un groupe de rugbymen, quelqu'un de plus courageux qu'un autre serait très certainement intervenu assez rapidement.
Aux US, on a beau critiquer le port d'armes, il se serait certainement fait descendre bien avant d'avoir atteint le nombre d'une vingtaine de personnes touchées.

Pas au Japon...
Bon, je m'avance certainement un peu, je ne connais pas encore tous les faits (combien de temps sa folie meurtrière a duré, etc), mais quand même...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire