samedi 17 décembre 2005

Je vous ai déjà dit que je détestais le froid ?

Alors voila, c’est le truc habituel typique…
Aujourd’hui, il m’est « arrivé » (le mot est un peu fort) tout un tas de trucs qui feraient des entrées intéressantes ici même, mais maintenant que je suis devant mon ordinateur, c’est le vide.
Bon, je vais taper un peu comme ça vient, ça sera moins construit (et moins lisible ?), mais les trucs me reviendront peut-être.

Commençons par un truc qui va sembler une évidence pour tout Européen, mais c’est quand même bien les villes où il y a de la vie dans les rues, et pas qu’au centre commercial. C’est vraiment le genre de trucs que je redécouvre (je n’avais jamais « oublié », je ne l’avais juste plus vécu depuis trop longtemps) sur l’Europe et qui me font l’apprécier (ou plutôt qui me font oublier tous les trucs que j’y déteste.)
Je crois que l’évènement de la journée était d’ailleurs un truc de cette veine.
Alors que je marchais dans le 6ème j’entendis soudain une salve d’applaudissement du côté de la place St Sulpice. Je vais donc voir de quoi il en retourne, il y a bien sûr l’attroupement attendu, et je découvre ce qui se cache derrière :
Une trentaine de personnes toutes munies de tambours de diverses tailles et jouant comme des fous sur des rythmes inspirés de samba sans totalement en être.
Un concert entier en association avec l’organisation qui s’occupait du village de Noël du lieu.
J’ai trouvé le site du « groupe », jugez vous-même (il y a un petit clip qui vous donnera une vague idée du truc).
http://www.muleketu.com/
Et je dois vous dire que près d’une heure durant, et malgré la température approchant les zéros, l’énergie dégagée par eux avait quelque chose de magique, au point que je ne voulais plus que ça s’arrête.
Mais bon, à part vous en faire de la pub, je ne sais trop qu’en dire d’autre.

Sinon un truc m’amuse à Paris… C’est cette volonté qu’ont certains Parisiens à entretenir une certaine vision de leur ville (et par extension de la France) à grands coups de clichés ayant la vie dure, car ce sont eux qui les maintiennent en vie. Je pensais en particulier à des trucs comme jouer de la musique des années 30 dans certains cafés, les vieux manèges de chevaux de bois, et les trucs de ce genre.
Je me demande si c’est pour des raisons touristiques (ça plait au touriste… mais par la même occasion lui fait ramener une vision fausse de notre pays chez lui), ou s’il y avait vraiment chez certains Parisiens une nostalgie d’un passé aussi révolu que mythique car n’existant que dans un certain imaginaire. (Un peu comme le « Far West » aux US).

Bon ben voila… J’ai au moins deux trucs qui me sont revenus… J’ai du en oublier autant.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire