dimanche 11 décembre 2005

Lieux, centre, etc.

Un truc bien depuis que je suis à Paris, c’est que tous les noms de lieux célèbres dont j’entends les noms depuis que je suis petit (surtout à la télé) deviennent moins abstraits.
Je sais maintenant où sont et à quoi ressemblent (pour ne nommer que quelques uns), la rue de Varenne, la Tour d’Argent, St Germain des Prés, le Grand Rex, etc…
Cela donne une dimension toute différente à la ville. Ce qui n’est pas plus mal.

Par contre, et ce même si je condamne cet état de fait depuis plusieurs années, cela m’a fait réaliser que la centralisation de la France à Paris est encore plus poussée que je ne l’avais imaginée. Avant, cette centralisation n’avait pas cette dimension concrète qu’elle a aujourd’hui.
Il y a quelques années, quand j’ai commencé à dire, un peu par provocation, que la France était une colonie de Paris, j’exagérais.
Mais en fait, ce dont je n’avais pas conscience c’est que je n’exagérais pas du tout.
C’est simple, en France tout est à Paris. Le reste (et les 50 millions de personnes qui vont avec) ne comptent que peu ou pas.
Jamais dans aucun pays je n’ai vu pareille concentration de tout dans une seule et même ville.
Sérieusement, ça fait peur.
Et qu’on ne vienne pas me parler de décentralisation exercée par les gouvernements depuis quelques années. Il ne s’agit que d’une mauvaise blague, un effet d’annonce et je ne sais quoi d’autre.
Il n’y aura de vraie décentralisation en France, non seulement quand les régions et les départements auront plus d’autonomie et de pouvoir politique (qui peut me dire à quoi servent vraiment les régions de nos jours ?), mais surtout quand les centres politiques, culturels, économiques, médiatiques et j’en passe du pays ne seront pas tous dans la même ville.
Et ça, à part un cataclysme détruisant Paris, je vois pas comment ça peut arriver.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire