samedi 6 août 2005

Is the grass always greener?

J’ai remarqué que j’étais pas mal négatif quand même depuis mon retour.
Sentiment assez normal quand on y pense et pas surprenant pour deux sous quand on me connaît bien. Je n’aime la France que quand j’en suis éloigné, de la même façon que les Etats-Unis commencent à sacrement me manquer maintenant que j’en suis parti et ça ne va certainement aller qu’en augmentant. Quoi qu’à bien y réfléchir, là tout de suite, c’est les gens de Gainesville qui me manquent plus que le pays. Les gens et la nature….

Tout ça pour dire qu’aujourd’hui, j’ai été surpris par un truc positif : Les Championnats du Monde d’Athlétisme. Depuis tout petit, j’aime bien les regarder en août, pendant qu’il fait trop chaud pour faire quoique ce soit d’autre et pendant que je me remets de mes excès du mois de juillet. Cette année, il ne fait pas trop chaud (j’ai même limite froid un jour sur deux, mais qu’est-ce que je vais aller foutre dans le nord ?), mes excès de juillet étaient bien moins excessifs que certaines années, mais je suis bien content de voir les Championnat du Monde d’Athlétisme. Un évènement jamais vraiment diffusé aux US, pays où l’on se contrefout de l’athlétisme sauf pour les J.O. et encore, seulement s’il y a des Américains sur le podium. Et toute cette histoire me fait réaliser que c’est la première fois depuis 1996 que je vais passer la majorité du mois d’août en France. Etonnant non ?

Une autre chose que ceci me fait réaliser, c’est que je passe beaucoup trop de temps devant la TV depuis que je suis rentré. Je blâme bien évidemment mon manque actuel de vie sociale, coincé chez mes parents, mon manque actuel de connexion internet décente (mais cela devrait changer d’ici peu), mais aussi le fait que je suis un sacré branleur depuis mon retour, je délaisse même l’écriture et la lecture, alors qu’avec tout ce temps libre je pourrais faire des merveilles dans les deux domaines.
Il faudrait que je me mette dans le crâne que si depuis 7 ans, quand je suis en France c’est pour les vacances et dans le but explicite de glander, pas cette fois-ci. Cette fois-ci, je ne repars pas dans un mois ou deux, cette fois-ci, j’ai une vie à y reconstruire, un boulot à trouver et toute une série de trivialités du même ordre à s’occuper.

J’ai toutefois commencé le dernier Beigbeder que je trouve grandiose comme à chaque fois, et qui est certainement décrié comme à chaque fois. Ce qui me rappelle que l’un de mes buts pour cette année est de me bourrer la gueule avec lui (voire de signer chez Flammarion la veille ou le lendemain, mais chaque chose en son temps).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire