dimanche 15 juillet 2007

Explosions in the sky and bikes in the streets.

Hier soir:




Aujourd'hui:
-Les système de vélos à péage dont il est question à Paris depuis quelque temps vient d'être activé. En théorie, c'est pour réduire le nombre de voitures en ville... mmmm... J'ai peur que M. Delanoë ne connaisse bien mal ses administrés (et les banlieusards). Le nombre de voitures ne diminuera pas dans Paris parce qu'il y a des vélos publics.
Qui les utilisera? Les gens qui utilisent déjà des vélos et qui en ont marre de se les faire voler en gros.
Mais pas les automobilistes.
Je rappelle que les automobilistes dans Paris se divisent en deux grands groupes.
-Les banlieusards qui travaillent dans Paris et qui vivent loin d'un métro ou d'un RER (ou pour qui il est plus pratique ou moins stressant de conduire (si j'étais banlieusard et devais prendre le RER tous les jours, j'opterai moi aussi pour la voiture).
-Les Parisiens aisés qui pensent qu'ils sont au-dessus de la populace et que les transports en commun c'est pas pour eux. Alors de gros vélos moches et lents, vous imaginez.

Non, la solution pour réduire le nombre de voitures dans Paris ne passe pas par des vélos (du moins pas dans un premier temps), mais pas une amélioration des transports en commun (genre plus de métros, et des métros moins insalubres (ligne 4 en été, ça vous dit quelque chose?) d'un côté, et démotiver les gens à prendre leurs voitures (le système Londres est assez intéressant par exemple, à condition de construire assez de parkings pas chers en dehors de la ville (et d'avoir des parkings très chers en ville)).

En tout cas, comptez pas sur moi pour conduire un vélo dans Paris en l'état actuel des choses (ai-je mentionné le côté suicidaire d'un tel acte, surtout quand par exemple la piste cyclable est sur la voie de bus?)


Sion pour en revenir au 14 juillet, je me suis un peu baladé dans Paris (plus précisemment dans le 8e) hier, juste après le défilé, et jamais je n'ai vu autant de voitures avec chauffeurs, de rues interdites au public sans laisser-passer et ce genre de choses. Pour un jour qui est censé célébrer la fin des privilèges et l'égalité de chaque citoyen, ça la fout un peu mal quand même...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire